Hélène DELFAUD

Hélène Delfaud.

Native de Perpignan, je suis très attachée au patrimoine culturel et aux traditions du Roussillon. Je suis pharmacien, installée depuis une quinzaine d’années dans le quartier de la gare de Perpignan. Depuis mon enfance, je n’ai connu qu’un seul nom attaché aux élections municipales de Perpignan. La ville a beaucoup évolué et Perpignan, La Catalane restait synonyme d’un certain bien-vivre. J’ai fait la douloureuse expérience du réaménagement du quartier de la gare qui a plongé les commerçants dans de grandes difficultés. Bon nombre de commerces ont fermé, laissant une avenue déserte, réduite à un couloir de bus, sans stationnement. L’insécurité s’y est intensifiée. Les plus anciens riverains ne reconnaissent plus leur quartier. Ils sont inquiets et mécontents mais nos problèmes ne sont pas pris en compte. Je n’ai jamais fait de politique. Je n’ai jamais été des « privilégiés » ou des contestataires face aux dirigeants de cette ville, mais, aujourd’hui, derrière mon comptoir , en me promenant dans Perpignan, ce n’est plus un bien-vivre que j’entends s’exprimer mais le mal-être d’une ville surendettée, où les impôts locaux sont trop élevés, où, les commerçants, les entreprises meurent, où l’insécurité grandit … Je ne peux plus rester impassible. Loin des intérêts politiques, des figures locales par trop usées, des stratégies de gestion qui ont démontré leurs limites, il est temps de réagir et redonner à notre ville les moyens d’un bien-vivre pour TOUS.